Nous utilisons les cookies pour vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Nous utilisons en outre des cookies de tierce partie pour vous envoyer des messages promotionnels personnalisés. Pour plus d'informations sur les cookies et sur leur désactivation, consultez notre Politique en matière de Cookies. Si vous continuez à naviguer dans ce site, vous acceptez automatiquement l'utilisation des cookies.
 

LES AVANTAGES D’UNE RÉSERVATION EN DIRECT

1.

Nous payons la taxe de séjour pour vous!
La taxe de séjour de 1,60 €, applicable à toutes les personnes de plus de 14 ans, est facilement prise en charge par le Parkhotel Laurin.

2.

Appelez gratuitement dans le monde entier. Peu importe combien de fois, combien de temps ou où vous êtes au téléphone. Tous les frais de téléphone sont couverts par le Parkhotel Laurin.

3.

Meilleur prix garanti!
 

Un machiniste pour les roses

Comment Franz Rottensteiner est devenu jardinier

Oui, Franz est parfois rapide bien qu’il parle lentement et se déplace doucement. Ensuite il prend les devants sur la nature. « Lorsque je ne sais pas ce qu’il faut faire, je coupe ». Franz aime couper. En observant le grenadier, c’est clair. Franz secoue la tête, mais en conclut « il vit encore ! ». Une bévue. Pourtant Franz Rottensteiner est une personne prudente. Une personne à l’écoute des plantes. Quand il part en vacances, il en revient plus tôt. Il se pourrait qu’on ait oublié d’arroser. Et cela le jardinier ne se le pardonnerait jamais.
Franz Rottensteiner dans l’ancienne serre
Le climat de Bolzano, entre nord et sud.
 
 
 

Surtout pas d’économie dans le jardin

Il peut planter ce qu’il veut et autant qu’il veut. « Les économies, je peux les faire à la maison » a déclaré le patron. « Je plante de toute façon toujours trop peu » reconnaît Franz. Ses plantes préférées sont les roses et la lavande. La lavande parce qu’elle pousse bien et qu’elle est résistante. Les roses pour leur beauté, leur senteur et leur variété de couleur. Et parce qu’elles sont rebelles.

Le regard Franz s’illumine et se dirige vers la rose qui pousse le plus haut dans l’espace alpin : la rose de Lady Banks, sans épine et grimpante ((Rosa banksiae). Au départ elle devait décorer un pavillon de jardin. Mais non, elle se sentait attirée par les hauteurs et pour grimper elle a jeté son dévolu sur le cèdre. Une tendre liaison a ainsi commencé. Ah s’il n’y avait pas le lierre qui pousse au beau milieu… « Cette année, on a dû retirer le lierre du vieux cèdre » relate Franz. C’était devenu trop dangereux pour les visiteurs et trop étroit pour l’arbre. « La rose de Lady Banks a été autorisée à rester. « Une relation à trois fonctionne rarement bien, » précise Franz.
 

Comment ça va entre le football et vous ?

Les racines du parc Laurin s’enfoncent profondément dans la terre et profondément dans l’histoire. Au milieu du XIXe siècle, le maitre-tanneur et sculpteur de crèches sur bois, Karl Moser, aménagea un parc au centre de Bolzano. Au début les gens en on rit, aujourd’hui ils sont contents : avec le parc historique de l’hôtel Laurin, la zone verte est préservée. Un jardin à l’anglaise avec une belle plantation d’arbres et des parterres de fleurs. A l’intérieur, des espaces aménagés pour prendre le café, l’apéritif et de fins dîners sous le gazouillement des oiseaux. Et dans un proche avenir : le point de rencontre le plus charmant de la ville, dans l’ancienne orangerie, avec une vue dégagée sur le parc.

Le propriétaire de l’hôtel Franz Staffler a utilisé de parc d’une tout autre façon. Son premier souvenir de l’hôtel ? « Qu’est-ce qu’on a pu jouer au football et qu’est-ce qu’on a dérangé les clients de l’hôtel ! » A présent il y vient presque chaque jour. Pour s’émerveiller et parfois pour planter. Il a lui-même jadis mis en terre les deux séquoias. Pour l’anniversaire de sa fille. Ils ont bien poussé.
 

Bien arrangé ou sauvage ? Qu‘en pensez-vous ?

Le jardinier Franz et le propriétaire Franz. Tous deux aiment leur jardin. Mais de façon différente. Quand ils se promènent ainsi dans le parc, ils entrent facilement en conversation. « Est-ce qu’ici je dois arracher le lierre ? » « Non, non, laissez-le comme cela » « Et le petit laurier-cerise ? Est-ce que je dois le tailler un peu ? « Je crois que ce n’est pas encore nécessaire. Qu’en pensez-vous, peut-être dans deux à trois semaines ? » « Mais les feuilles là-bas, est-ce que je les ratisse un peu, non ? »
« Elles ont l’air bien, Franz ! »
 

Alors lequel des Franz a raison ?

Le chef ne veut pas que cela soit impeccable, explique le jardinier Franz. Franz Staffler souhaite dans son parc une nature sauvage soignée. « Je voudrais bien ratisser les feuilles qui traînent ». Franz Rottensteiner doit maîtriser sa propre nature ordonnée. Simplement laisser comme ça. Simplement lâcher prise. Jusqu’à présent ça lui a bien réussi. « Aucune plante n’a encore dépéri avec moi ». Cela a failli. Bref regard vers le grenadier.

Chaque jour, le jardinier fait son tour du parc. Il n’a pas d’horaires fixes mais des périodes de repos. « Avant 9 heures du matin, je n’ai pas le droit de faire grand-chose », explique Franz. Au bas mot, aucun bruit. Le passage de la tondeuse à gazon et du souffleur de feuilles doit être remis à plus tard. Heureusement Franz ne doit tondre que tous les cinq jours. Et ce qui concerne les feuilles n’est, de toute façon, d’aucune urgence.

Newsletter

 
 
 
 
 
 
 
Confirmer

Follow us on

Parkhotel Laurin
Bolzano,Alto Adige, ItalieVia Laurin 4 Tél..: +39 0471 311 000 / Fax: +39 0471 311148

Horaires d’ouverture

Petit-déjeuner
7h00 - 10h30
Restaurant
fermé jusqu'au 10 février
menu réduit dans le Damensalon
Lun-Sam 
12h00-14h30 / 19h00-22h30
Restaurant dans le parc
12h00 – 14h30 / 19h00 – 22h30
Dimanche : 19h00 – 22h30
Réception
Ouverture 24 heures sur 24, Check-in 15h00, Check-out 12h00

Consultez également

MÊME DIRECTION